--> Comprendre les crises (13) A propos d’Antifragile, les bienfaits du désordre
06 oct 2013
Comprendre les crises (13) A propos d’Antifragile, les bienfaits du désordre

Le dernier ouvrage de Nassim Nicolas Taleb, Antifragile, poursuit la construction entreprise avec Le Hasard Sauvage et Le Cygne Noir. Tous ces ouvrages nous engagent à appréhender différemment le monde et ses instabilités.
Taleb a baptisé « cygnes noirs » des événements imprévisibles, irréguliers, à grande échelle et qui n’ont pas été prévus.
Les modèles, les plans dont nous sommes friands ne prennent pas en compte la totale mesure des évènements auxquels nous efforçons de nous nous préparer. Nous sommes seulement capables de « presque » les prévoir. Les interdépendances des systèmes sont telles que toute planification sera incomplète.
Antifragile apporte une dimension nouvelle à l’œuvre de Taleb. Il liste ainsi les 15 points qu’il range dans « la famille du désordre » : incertitude, variabilité, le savoir imparfait et incomplet, le sort, la confusion, la volatilité, le désordre, l’entropie, le temps, l’inconnu, le hasard, le bouleversement, le stress, l’erreur, la dispersion des résultats.
Un système antifragile tirera parti de ces facteurs de désordre.
L’apport est de nous livrer une grille d’analyse qu’il dénomme « Triade » et qui permet de classer les questions dans trois compartiments : fragile, robuste et antifragile. Tout ce qui se range dans la catégorie « fragile » nécessite un environnement apaisé, stable, pour ne pas dégénérer en catastrophe. L’antifragile, au contraire, s’accommode du désordre. Quant au « robuste » c’est une sorte d’état médian. Les fautes liées à la catégorie fragile son rares car tout est fait pour rendre l’environnement stable. Par contre, quand elles surviennent, leurs conséquences peuvent être irréversibles.
Dans la catégorie « antifragile », les fautes peuvent être plus nombreuses et leurs conséquences plus facilement surmontées. Tous nos efforts devraient être tendus pour rendre les fautes nombreuses et peu dommageables.
Cette méthode est à rebours de ce que nous pratiquons car elle aboutit à favoriser des prises de décision fondées sur le risque et l’innovation.
La catégorie « robuste » permet de distinguer les cas ou ce qui est « antifragile » peut se révéler au final couteux alors que la fragilité sera acceptable. Taleb emploi d’ailleurs l’expression « le juste robuste » qui est plus parlante.
Si l’on applique la grille de la Triade à la prise de décision, nous rangerions dans la colonne « fragile » les décisions fondées sur un modèle probabiliste, dans la colonne « robuste » les décisions utilisant une méthode heuristique et antifragile celles fondées sur une méthode heuristique convexe (algorithmes adaptés à la résolution de problèmes complexes ; l’analyse convexe en mathématique permettant de trouver des solutions stables). La catégorie antifragile permet également de ranger les prises de décision relevant des occasions manquées. Taleb rappelle également avec bonheur qu’un système peut être tout à la fois de plus en plus efficace et de plus en plus fragile.
L’apport d’Antifragile est considérable. Il faut maintenant s’approprier son analyse ce qui constitue un véritable défi.
A titre personnel je serais tenté d’y travailler en parallèle avec La Méthode d’Edgard Morin notamment quand elle décrit la relation ordre/désordre/organisation. Morin ayant détecté que des phénomènes désordonnés sont nécessaires parfois à la production de phénomènes organisés pour contribuer à stabiliser une situation ou accroitre l’ordre. Morin et Taleb nous disent tout simplement que la caractéristique principale de la vie est de comprendre et tolérer beaucoup plus de désordres que le monde de la physique.
Désordre et ordre s’accroissent l’un l’autre au sein d’organisations toujours plus complexes. Oublier cela nous rend plus vulnérable.

En savoir plus :
Le Hasard sauvage ; Les Belles Lettres, 2005 ;
Le Cygne Noir, La puissance de l’imprévisible, Les Belles Lettres, 2008 ;
Antifragile,les bienfaits du désordre, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

Partager cet article